Bulgaria – EYNCRIN

Contexte

Les jeunes ont toujours été en marge de la vie politique bulgare et du marché du travail. Ils n’ont pas réussi à sortir de cette position, même pendant les 11 années consécutives de croissance économique. Pourquoi? Principalement en raison de problèmes structurels, tels que l’éducation encore trop insuffisante, et des lacunes et qui se traduit dans le capital social du pays.

Sans grande surprise, les jeunes ont subi un choc suite à la récession économique, entraînant des taux de chômage exceptionnellement élevés, ainsi que de faibles taux de participation dans la vie politique. La crise a rajouté des difficultés conjoncturelles à celles structurelles. La problématique du chômage chez les jeunes est liée à celle de leur intégration future sur le marché du travail, ce qui influe fortement sur le contexte politique, social et économique bulgare. Le problème majeur est celui de l’inactivité de la jeunesse qui ne trouve pas d’emploi ou de formation car cela a pour résultat un chômage  de longue durée. D’une autre part, le paysage politique bulgare est caractérisé par un sentiment de méfiance générale à son égard, ce qui donne de faibles niveaux de participation des jeunes au processus politique national et  européen.

La Bulgarie est le pays où le taux d’utilisation du twitter par rapport aux autres pays du consortium du projet #Ask. Dans le même registre, celui de la Grèce est également très bas (3,4%), même les utilisateurs bulgares ont un taux 5 fois plus faible (0,69%). L’utilisation des réseaux sociaux en Bulgarie est répartie assez inégalement. Il y a d’abord Facebook, Youtube, Pinterest, puis Twitter, Instagram et Tumblr.

Les statistiques de Statcounter de mai 2018 indiquent que:

Twitter est le quatrième réseau social utilisé par les bulgares avec un pourcentage extrêmement faible (0,69%), soit 93 points de pourcentage de différence avec Facebook.

En octobre 2016, il y avait moins de 50 comptes Twitter de partis et de personnalités politiques en Bulgarie. Un an plus tard, la situation change radicalement. Raison principale: la présidence bulgare du Conseil de l’UE. Depuis, de nombreux politiques ont créé leur profil Twitter pour atteindre en  novembre 2017 plus de 300 profils de personnalités politiques.

Une autre statistique affiche la répartition par âge des utilisateurs bulgares sur les réseaux sociaux, démontrant que les plus actifs sont les plus jeunes (25-34 ans) avec une parité globale des sexes.

A l’instar de certains pays voisins, tels que la Grèce et la Roumanie, l’utilisation des réseaux sociaux en Grèce se caractérise par une forte diffusion en ligne de nouvelles informations, à l’image de la  fragmentation du marché de l’information en ligne.

L’activisme politique des jeunes en Bulgarie est représenté par quelques groupes sur internet. Il existe différents degrés d’activisme parmi les utilisateurs de Twitter. Celle de l’activiste politique, active,  prend forme sur les réseaux sociaux En général, sa participation est aussi active en ligne qu’hors ligne, dans d’autres contextes. Malgré différentes sortes d’activisme, on peut noter que les jeunes influents et actifs en ligne le sont aussi hors ligne (dans la plupart des cas), mais il existe aussi des groupes d’utilisateurs beaucoup plus influent en dehors d’internet. L’inverse n’est cependant pas vraie, les utilisateurs uniquement influents  en ligne constituent une petite minorité.

Comme pour d’autres pays européens, les profils de jeunes utilisateurs de Twitter affichent quelque chose de séduisant, sont issus d’une classe sociale plutôt aisée et sont éduqués avec une orientation politique plutôt de gauche libérale.  Les jeunes jeunes moins influents sur Twitter sont se retrouvent particulièrement à gauche, partagent une information plus orientée, semblent plus précaires mais ont des niveaux d’études plus élevés.

Challenge

Le défi principal du pilote bulgare était de mobiliser le débat entre le faible nombre de jeunes bulgares sur Twitter et le nombre encore plus petit de politiques bulgares en ligne. En raison de ce faible taux de participation sur Twitter, l’écart est encore plus visible en ligne entre jeunes et politiques. Les jeunes activistes politiques les plus actifs sur Twitter sont iés au Parti Vert et aux mouvements populistes de droite, tandis que les politiques les plus actifs travaillent dans des institutions liées à la représentation bulgare à la Commission européenne et aux membres bulgares du Parlement européen.

Le projet du pilote bulgare a donc été d’engager une plus large mobilisation sur Twitter avec un éventail de jeunes politisés et des politiques de Bulgarie afin de débattre ensemble sur des sujets nationaux et européens.

Solution

Le projet du pilote bulgare a mis en place une stratégie visant à mettre à profit le faible niveau de participation politique sur Twitter – en devenant visible par l’intermédiaire de la langue d’écriture en bulgare et donc en devenant la seule plateforme politique avec cette spécificité.

La première étape consistait à faire des recherches sur les profils les plus populaires, à s’accroître rapidement sur Twitter, et à engager des discussions sur les thèmes de  #Ask définis plus tôt.

A titre d’exemple, l’un des cinq premiers profils qui s’est accru rapidement est celui de Maria Gabriel,  une politicienne européenne chargée de l’économie numérique. Nous avons réussi à impliquer activement dans les débats de Ask.

 Le pilote a utilisé le hashtag #ask Dashboard sur Twitter. Des tweets à large audience, notamment entre novembre 2017 et avril 2018. Cela s’est fait à intervalles réguliers  (trois fois par jour en moyenne).

Afin de promouvoir l’utilisation de Twitter auprès des jeunes, sept ateliers ont été organisés pour former des membres actifs au sein de la jeunesse, les jeunes militants politiques et les étudiants en Bulgarie sur la manière de fonctionner sur Twitter.

Les résultats ont été présentés lors de nombreux évènements de jeunesse et de politique, à échelle locale et nationale.

Le pilote bulgare s’intitule  @ASK_youth_BG.

Résultats

La plupart des tweets du pilote bulgare traitent de sujets liés à la démocratie, et des droits de l’homme, en crise dans le pays.